AIR ANALYSER, LE PREMIER DISPOSITIF SPÉCIFIQUEMENT CONÇU POUR SURVEILLER LES PRINCIPALES SOURCES DE POLLUTION INTÉRIEURE

CAPABLE DE DÉTECTER JUSQU’ À 26 PARAMÈTRES DIFFÉRENTS

GAZ RADON

RADIOACTIVITÉ

DIOXYDE DE CARBONE

MONOXYDE DE CARBONE

FORMALDÉHYDE

MÉTHANE

FUMÉE

PARTICULES FINES 

HUMIDITÉ

COV (COMPOSÉ ORGANIQUE VOLATILE)

TEMPÉRATURE

http://airanalyser.com/parametres/

CHAMPS ÉLECTROMAGNÉTIQUES BASSE FRÉQUENCE

http://airanalyser.com/parametres/

CHAMPS ÉLECTROMAGNÉTIQUES HAUTE FRÉQUENCE

POLLUTION SONORE

Wi-Fi

QUALITÉ DE L’EAU

CHLORE / DURETÉ / ALCALINITÉ

 PH / NITRITE ET NITRATE

QUALITÉ DE L’ AIR

H2/GPL/ALCOOL

NH3/ÉTHANOL/TOLUÈNE

QUELLES SONT LES SOURCES DE POLLUTION DE L’AIR INTERIEUR ?

CUISINE – GRILLE PAIN, PRODUITS DECAPANTS ET D ENTRETIEN, MOBILIER EN BOIS LAMELLE-COLLE, FORMALDÉHYDE.

GARAGE/CAVE – GAZ ÉCHAPPEMENT, ESSENCE,PRODUITS DE BRICOLAGE ET JARDINAGE.

SALLE DE BAIN / WC – PRODUITS MENAGERS, SPRAY DIVERS (LAQUES, DÉODORANTS…), LINGE HUMIDE, MOISISSURES.

CHAMBRES – LIT/SOMMIER,  AIR TROP SEC, TEMPÉRATURE TROP ÉLEVÉE, ACARIENS, MOISISSURES.

SALON – DÉSODORISANTS DIVERS, TABAC, MOQUETTE, CHEMINÉE A FOYER OUVERT, REVÊTEMENT DE SOL, COLLE A PAPIER PEINT, CERTAINES PLANTES D’INTÉRIEUR.

GRENIER – POUSSIERES, MOISISSURES, INSECTES, MITES.

ALERTES ET VISUALISATION DES DONNEES VIA MY.AIRANALYSER.COM ET L’APPLICATION AIR ANALYSER (iOS/ANDROID)

NOTRE MISSION EST DE VOUS AIDER À MIEUX CONNAÎTRE VOTRE HABITATION ET À PROTÉGER VOTRE SANTÉ

APPRENEZ-EN PLUS SUR LES POLLUANTS D’INTÉRIEUR ET DÉCOUVREZ DES SOLUTIONS SIMPLES POUR AMÉLIORER LA QUALITÉ DE VOTRE HABITATION

Le radon (Rn) est un gaz radioactif inerte présent dans la nature. Il n’a pas d’odeur ni de couleur et on le trouve dans des quantités très variables partout à la surface de la croûte terrestre. Bien que nos sens ne le détectent pas, le radon peut être détecté à l’aide d’instruments de mesure. Le radon et ses produits de désintégration sont parmi les principaux polluants de l’air intérieur et classés comme des carcinogènes de classe 1 (agents de carcinogénicité envers les humains confirmés) par l’agence internationale de la recherche contre le cancer. L’exposition au radon est considéré par l’OMS comme la deuxième cause principale de cancers du poumon après le tabac et 5 à 20 % des cas lui sont attribués.

Il a tendance à s’accumuler dans les environnements confinés (en intérieur) et peut atteindre dans certains cas des taux de concentration menaçant de manière significative la santé de la population exposée.

Les bâtiments les plus exposés au risque sont ceux qui ont été bâtis sur des sols volcaniques ou hautement perméables constitués de matériaux tels que le tuf, la pouzzolane ou le granit.

Le niveau de radon présent dans des locaux dépend de nombreux facteurs dont le type de bâtiment et la quantité d’air renouvelée qui dépend du degré de ventilation naturelle ou artificielle.

COMMENT PUIS-JE RÉDUIRE LES NIVEAUX DE RADON ?

La nature des actions à engager dépend du niveau de radon présent dans le bâtiment, du type et de l’âge de celui-ci, de sa compatibilité avec la réglementation et les restrictions de construction et avec les normes de sécurité.

Les coûts varient selon le type d’intervention mais ils sont généralement abordables dans le cas des unités individuelles.

  1. Augmenter la ventilation de l’environnement dilue le radon présent. Le problème fondamental de ce système est celui de la récupération de la chaleur pendant l’hiver.
  2. Faire appel à des sociétés spécialisées pour boucher toutes les possibilités d’infiltration du radon. Le bouchage peut être partiel, par exemple en bouchant les anfractuosités, les jonctions entre le sol et le mur, les passages de service (hydrauliques, thermiques, commodités…) ou total, c’est-à-dire sur toute la surface en contact avec le sol. Des matériaux polymériques sont utilisés pour un bouchage partiel et des plaques de matériaux imperméables au radon pour un bouchage total.
  3. Vide sanitaire, une technique spéciale pour les fortes concentrations de radon en provenance du sol : on construit un petit espace (puisard) récupérant le radon sous la surface du bâtiment. Cet « espace vide » est relié à un ventilateur pour créer une dépression grâce à laquelle le radon est récupéré et rejeté directement dans l’air à l’extérieur, en l’empêchant d’entrer dans le bâtiment.
  4. Pressurisation du bâtiment à l’aide de ventilateurs pour réduire sa dépression caractéristique en neutralisant l’infiltration de radon par les sols : en pratique, c’est comme si l’air intérieur repoussait le radon à l’extérieur du bâtiment.
  5. Augmenter la ventilation du vide sanitaire : si le bâtiment est équipé d’un vide sanitaire, on peut le diluer en augmentant la ventilation et en réduisant par là-même son infiltration dans le bâtiment. L’augmentation de la ventilation peut être obtenue par l’augmentation du nombre de bouches d’aération ou par l’utilisation d’un ventilateur.

L’équipe d’assistance d’Air Analyser vous donnera des informations sur la possibilité d’effectuer des tests poussés en laboratoire et vous redirigera vers des sociétés spécialisées dans la dissipation du radon et proches de vous.

NOUS CONNAISSONS LA RADIOACTIVITÉ

La radioactivité, aussi connue sous le nom de désintégration radioactive, est un ensemble de processus nucléaires et physiques par lesquels certains noyaux atomiques instables ou radioactifs (radionucléides) se désintègrent (se transforment) pendant une période appelée
durée de désintégration en un noyau d’énergie moindre atteignant un état de plus grande stabilité en émettant un rayonnement ionisant d’après les principes de conservation d’énergie/masse et la quantité de mouvements.

SOLUTION

Si Air Analyser signale la présence de radioactivité nous vous recommandons de :

  1. Contacter des sociétés spécialisées dans l’installation de panneaux de dépistage spécifiques dans la zone touchée pour détecter la présence d’un rayonnement ionisant issu de la radioactivité, s’il est possible de déterminer avec précision la source de pollution.
  2. Éliminer si possible la source de pollution radioactive.
  3. Choisir en amont des lieux de travail ou des domiciles sans source radioactive (ou autres polluants) à l’aide d’Air Analyser.

 

NOUS CONNAISSONS LES PARTICULES FINES

Les particules, connues sous le nom de PM10 (diamètre inférieur à 10 µm) et également sous le nom de PM2,5 sont des particules polluantes présentes dans l’air que nous respirons. Ces fines particules peuvent être de nature organique ou inorganique et sont présentes à l’état solide ou liquide. Les particules sont capables d’absorber à leur surface différentes substances aux propriétés toxiques comme les sulfates, les nitrates, les métaux et les composés volatils. Les principales sources de matière particulaire sont :

  • les sources naturelles
  • les incendies de forêt
  • l’activité volcanique
  • la poussière, la terre et le sel marin charriés par le vent (nommés aérosols marins)
  • le pollen et les spores
  • l’érosion des roches
  • les sources anthropogéniques
  • les véhicules fonctionnant aussi bien au diesel qu’à l’essence
  • l’utilisation de combustibles solides à usage domestique (charbon, bois et fioul)
  • les résidus de l’usure de la surface des routes, des systèmes de freinage des véhicules et des pneus
  • l’activité industrielle

Les particules fines risquent d’être inhalées et de pénétrer les voies respiratoires supérieures, du nez au larynx. Des études épidémiologiques, confirmées pars des analyses cliniques et toxicologiques, ont démontré que la pollution de l’air a un impact significatif sur la santé ; plus la concentration de matière particulaire présente dans l’air est importante et plus elle impacte la santé humaine. Une courte exposition à de fortes concentrations de particules contenant du métal (un ou deux jours) peut avoir de graves conséquences. Elle peut provoquer une inflammation des voies respiratoires comme une crise d’asthme ou nuire au fonctionnement du système cardiovasculaire.

Les effets chroniques dépendent quant à eux d’une exposition prolongée à de fortes concentrations de particules et peuvent entraîner des symptômes respiratoires comme la toux et l’expectoration, une capacité pulmonaire réduite et la bronchite chronique. Pour les personnes les plus sensibles, c’est-à-dire les personnes souffrant déjà de maladies cardiaques ou pulmonaires, il est raisonnable de craindre une aggravation de la maladie et une flambée des symptômes qui y sont liés.

SOLUTION

AIR ANALYSER SIGNALE LA PRÉSENCE DE MATIÈRE PARTICULAIRE : QUE FAIRE ?

La présence de particules dans une habitation est un phénomène normal si l’on se réfère aux recherches universitaires qui ont montré que la présence de cette pollution est en moyenne cinq fois plus importante à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Lorsque que l’on détecte des matières particulaires à l’intérieur, il est bon de :

  1. Aérer la pièce régulièrement en ouvrant les fenêtres (en faisant attention à la déperdition thermique en cas de basses températures).
  2. Passer plus souvent l’aspirateur ; les robots aspirateurs sont également une bonne solution.
  3. Si possible, éviter ou limiter la présence de moquette, de tapis et de canapés en tissu qui retiennent plus facilement la poussière et les acariens.
  4. Vous pouvez recourir à un purificateur d’air portable dans les pièces où vous passez le plus de temps comme par exemple votre chambre (en l’entretenant et en changeant son filtre régulièrement).
  5. Éviter d’utiliser des imprimantes dans les chambres et les placer dans des endroits aérés. La poudre des cartouches des imprimantes et des photocopieuses ne représente que l’un des nombreux facteurs de risques sanitaires envers la famille.

L’équipe d’assistance d’Air Analyser vous donnera des informations sur la possibilité d’effectuer des tests poussés et vous redirigera vers des sociétés spécialisées proches de chez vous.

DIOXYDE DE CARBONE

NOUS CONNAISSONS LE MÉTHANE

Le méthane est un combustible fossile de la famille des hydrocarbures dont les composés chimiques sont constitués de carbone et d’hydrogène. À température ambiante et sous pression, le méthane est sans couleur, sans odeur et hautement inflammable. Il est couramment utilisé dans les cuisines pour alimenter la flamme des cuisinières au gaz et pour chauffer la maison.

Dans des environnements confinés (par exemple dans une pièce), lorsque ce gaz se mélange à l’air et en présence d’un déclencheur (flamme ou étincelle produite en allumant la lumière), il s’enflamme en entraînant de dangereuses explosions.

Son inhalation ou un contact avec la main ne sont pas toxiques et, étant donné qu’il est plus léger que l’air, il se disperse rapidement vers le haut en cas de fuite.

Il faut prendre l’habitude d’aérer les pièces dans lesquelles se trouvent des appareils fonctionnant au gaz naturel. Le méthane contenu dans des réservoirs ou des tuyaux ne peut pas s’enflammer car il n’est pas en présence d’oxygène, mais il devient inflammable durant sa phase de sortie lorsqu’il se mélange à l’air.

SOLUTION

Puisque le méthane est un gaz inflammable, nous recommandons en cas de détection d’une forte présence dans la zone contrôlée de :

  • Ne pas produire de flammes (allumettes, briquets) et de ne pas faire fonctionner les systèmes susceptibles de produire des étincelles tels que les interrupteurs électriques, les sonnettes ou les téléphones.
  • Ouvrir immédiatement les portes et les fenêtres pour faire entrer l’air et sortir le gaz.
  • Si possible, fermer le robinet à gaz du compteur ou du réservoir.
  • Retourner à l’intérieur de la maison seulement lorsque vous êtes certain(e) de ne plus sentir le gaz.
  • Si vous sentez une forte odeur de gaz provenant de la maison de votre voisin, n’hésitez pas à appeler les pompiers.
  • Après l’événement, contactez sans tarder des techniciens qualifiés pour qu’ils viennent réparer les fuites de méthane car il existe un risque d’incendie ou d’explosion en cas de nouvelle saturation de méthane dans l’environnement confiné.

Il est essentiel d’effectuer des inspections de maintenance périodiques de tous les appareils fonctionnant au gaz naturel d’après les instructions des fabricants.

 

NOUS CONNAISSONS LE MONOXYDE DE CARBONE

Le monoxyde de carbone est un gaz sans couleur, sans odeur et sans goût. S’il est inhalé en grandes quantités il risque de réduire la capacité d’absorption d’oxygène et causer d’importantes lésions tissulaires potentiellement mortelles. L’empoisonnement au monoxyde de carbone est une cause de mort accidentelle.

Le monoxyde de carbone est produit par des appareils émettant des fumées de combustion brûlant du gaz ou d’autres produits à base de pétrole, de bois ou autres combustibles. Le danger survient lorsque le monoxyde de carbone s’accumule dans les espaces mal ventilés. De simples précautions peuvent véritablement sauver des vies.

SOLUTION

Dans le cas où Air Analyser signale la présence de monoxyde de carbone, une source de monoxyde de carbone est présente dans la zone contrôlée ; si les indicateurs LED d’Air Analyser signalent la présence d’une grande quantité de monoxyde de carbone, cela signifie que vous êtes en présence d’un danger potentiellement mortel. Il vous faut dans ce cas :

  1. Ventiler immédiatement la zone contaminée en ouvrant les portes et les fenêtres.
  2. Vous éloigner de la zone contaminée par le monoxyde de carbone.
  3. Dès les premiers signes ou premiers symptômes d’empoisonnement au monoxyde de carbone (maux de tête, étourdissements, nausée, vomissements, douleurs thoraciques, confusion) appeler les secours ou aller aux urgences.
  4. Après cela des techniciens spécialisés devront inspecter tous les appareils pouvant être à l’origine de la présence de monoxyde de carbone dans la zone contrôlée par Air Analyser (chauffages à combustion, fours, grills au charbon, chaudières au gaz, cheminées, générateurs portables, notamment ceux présents dans les bateaux habitables, les poêles à bois et les moteurs d’automobiles et de camions).

 

Le formaldéhyde est employé dans nombre de matériaux synthétiques ; ceux-ci relâchent au cours du temps des quantités non négligeables de formaldéhyde.
C’est un des polluants les plus répandus de l’air intérieur des habitations et lieux fermés de travail.

Les enfants y sont notamment exposés. En 2009, une association de médecins, l’Association santé environnement France, s’est intéressée au formaldéhyde en testant des lits bébé vendus en grande distribution. Il a été démontré que tous les lits analysés, et ce quel qu’en soit le prix, émettent du formaldéhyde. En comparant les résultats de l’étude et les valeurs guide de référence édictées par les autorités de contrôle sanitaires françaises, les taux émis par les lits représentent plus d’un quart de la valeur toxique de référence – sans prendre en compte le reste des meubles et peintures polluant l’air de la chambre. Or, les nourrissons sont les plus sensibles à ce type de pollution, et ils restent dans leurs lits en moyenne 20 h par jour, ce qui les rend particulièrement vulnérables à ces produits chimiques.

NOUS CONNAISSONS L’HUMIDITÉ

L’humidité atmosphérique correspond à la quantité de vapeur d’eau présente dans l’air et issue de l’évaporation de l’eau de la surface terrestre par l’action des rayons solaires et également, en petites quantités, de l’évapotranspiration des plantes. La vapeur d’eau joue un rôle très important dans l’atmosphère car sa condensation forme les nuages, le brouillard et la pluie. Le taux d’humidité et la qualité de l’air à l’intérieur de votre habitation sont des éléments qui déterminent le confort et la santé de toute la famille.

SOLUTION

QUE FAIRE SI AIR ANALYSER DÉTECTE UN EXCÈS D’HUMIDITÉ ?

  1. Réduire le niveau d’humidité à l’aide d’un déshumidificateur que vous pourrez vous procurer dans les boutiques spécialisées (favorisez les modèles correspondant aux dimensions de la zone à déshumidifier).
  2. Aérer votre habitation tous les matins pendant au moins 10 minutes.
  3. Éviter de laisser stagner l’eau dans les soucoupes de vos plantes d’intérieur.
  4. Utiliser la ventilation lorsque vous cuisinez.
  5. Installer un ventilateur dans la salle de bain.
  6. Ne pas sécher le linge à l’intérieur de la maison, en particulier la nuit lorsque les fenêtres sont fermées.
  7. Si possible, installer un système de drainage avec une société spécialisée

 

NOUS CONNAISSONS LE WI-FI

Le terme « Wifi » désigne dans le domaine des télécommunications un type de technologie et des équipements permettant aux terminaux d’utilisateurs de se connecter les uns aux autres à partir d’un réseau sans fil (WLAN) basé sur la norme 802.11. Chaque point d’accès est une source constante de champs électromagnétiques à 2,4 GHz ou 5 GHz. Bien qu’elle soit individuellement faible (100 mW), la présence de nombreux appareils (téléphones, points d’accès, Hot Spots, réseaux d’entreprise) engendre une puissance électromagnétique non négligeable.

SOLUTION

Dans le cas où Air Analyser détecte une présence électromagnétique excessive causée par le réseau Wifi dans la zone contrôlée, nous vous recommandons de :

  1. Utiliser votre routeur Wifi seulement lorsque vous en avez besoin et de le désactiver après utilisation
  2. Désactiver votre routeur Wifi domestique avant d’aller vous coucher. Ce faisant vous limiterez votre exposition aux ondes Wifi au moins sept heures par jour.
  3. Demander à vos voisins et à vos collègues de suivre les étapes 1 et 2 pour réduire l’exposition aux ondes Wifi externes car la présence de nombreuses sources dans la plupart des zones d’habitation accroît l’intensité de l’exposition.

L’équipe d’assistance d’Air Analyser vous donnera des informations sur la possibilité d’effectuer des tests poussés en laboratoire et vous redirigera vers des sociétés spécialisées proches de chez vous.

 

NOUS CONNAISSONS L’ÉLECTROMAGNÉTISME

Le RNI (rayonnement non-ionisant) existe depuis toujours sur notre planète. Le RNI est causé par les émissions des champs électriques, des champs magnétiques et électromagnétiques du soleil, de notre atmosphère et de la Terre elle-même.

Les avancées technologiques et l’utilisation de l’électricité ont entraîné l’apparition d’équipements et de dispositifs en lien avec les activités humaines et qui, lorsqu’ils fonctionnent, peuvent produire des champs électromagnétiques dont l’intensité dépend de leurs caractéristiques techniques et de leurs fonctions.

Les principales sources technologiques de champs magnétiques à haute fréquence en environnements extérieurs sont les télécommunications et les récepteurs de radio et de télévision.

Les stations de base par radio (RBS) pour téléphones mobiles diffusent des signaux dans des zones limitées et ont une puissance limitée : une large diffusion dans les zones urbaines est nécessaire pour assurer une meilleure couverture mobile sur le territoire. À l’inverse, les installations de radio et de télévision diffusent leur signal dans de plus grandes zones et leur pouvoir émissif est plus important.

On trouve parmi les sources à fréquence extrêmement basse (ELF) de l’environnement les conduits (regroupant les lignes électriques, les sous-stations et les transformateurs utilisés pour acheminer et répartir l’électricité) et les appareils fonctionnant à l’électricité (électroménager et écrans vidéo). En ce qui concerne les lignes électriques, plus la tension et l’intensité du courant sont importantes et plus importante est la magnitude du champ magnétique produit et présent dans l’environnement.

SOLUTION

Si vous détectez chez vous ou sur votre lieu de travail une source d’électromagnétisme non conforme à la réglementation ou supérieure à 3,4 V/m, vous pouvez appliquer les solutions suivantes :

  • Déterminez dans la mesure du possible la source de pollution à l’aide d’Air Analyser (en mode de mesure ponctuelle) et éliminez-la des lieux où vous vous trouvez le plus souvent. Par exemple, si la source est une lampe ou un système de radio, essayez de l’éloigner du lit de manière à minimiser l’exposition aux ondes électromagnétiques.
  • Déplacez votre lit ou votre bureau dans la zone la plus saine et la moins exposée de votre domicile pour limiter l’exposition aux émissions ; ces zones sont facilement identifiables (à l’aide du mode de mesure ponctuelle d’Air Analyser)
  • Éteignez toujours votre routeur Wifi lorsque vous ne l’utilisez pas et lorsque vous vous reposez. Parlez-en également à vos voisins pour minimiser l’exposition permanente.

Si vous ne parvenez pas à localiser une zone non contaminée chez vous ou sur votre lieu de travail à cause d’une mauvaise émission, il vous faudra contacter un expert pour identifier la source de pollution et la mettre en conformité avec la loi. Il est également possible d’utiliser des techniques de constructions évoluées pour rénover votre domicile en utilisant des matériaux et des systèmes antibrouillard électromagnétique.

L’équipe d’assistance d’Air Analyser vous donnera des informations sur la possibilité d’effectuer des tests poussés en laboratoire et vous redirigera vers des sociétés spécialisées dans la restructuration antibrouillard électromagnétique.

NOUS CONNAISSONS LA POLLUTION SONORE

La pollution sonore vient d’une exposition excessive à des sons et à des bruits à haute intensité. Elle peut survenir dans les villes et dans les environnements naturels. La pollution sonore peut être définie comme suit : « bruit dérangeant ou excessif susceptible de nuire à l’activité ou à l’équilibre de la vie humaine ou animale et mettant donc en danger la santé en entraînant la détérioration des écosystèmes, des biens matériels, des monuments, des environnements intérieurs et extérieurs ou d’interférer avec les fonctions des environnements eux-mêmes ». Les sources de pollution sonore peuvent être constituées par les usines, les chantiers, les aéroports, les autoroutes, les circuits automobiles, etc.

Avec le temps, la pollution sonore peut entraîner des problèmes psychologiques et faire augmenter la pression artérielle et le niveau de stress des personnes qui y sont constamment exposées.

SOLUTION

Si Air Analyser détecte un niveau de pollution sonore excessif et régulier dans la zone contrôlée, nous vous recommandons de :

  1. Essayer de comprendre l’origine du bruit et, si possible, de la suspendre ou de la réduire à un niveau acceptable (utilisez le mode de mesure ponctuelle d’Air Analyser).
  2. Si vous n’avez pas la possibilité de réduire le bruit à un niveau acceptable car celle-ci provient d’une source extérieure à la zone que vous souhaitez dépolluer, utilisez des bouchons d’oreilles aussi longtemps que possible et particulièrement pendant votre sommeil pour minimiser votre exposition au bruit de fond. Si la source polluante se trouve en dehors de votre habitation, nous vous recommandons d’installer des fenêtres à double vitrage et des dispositifs antibruit.

L’équipe d’assistance d’Air Analyser vous donnera des informations sur la possibilité d’effectuer des tests poussés en laboratoire et vous redirigera vers des sociétés spécialisées dans les matériaux insonorisants domestiques.

 

NOUS CONNAISSONS LA POLLUTION DE L’EAU

L’eau est un besoin humain essentiel. Elle peut cependant porter atteinte à notre santé si elle n’est pas correctement traitée durant son parcours jusque dans nos foyers.

L’eau peut être affectée par la contamination toujours plus forte des sols causée par les déversements urbains et industriels, les pluies acides, les pesticides et les engrais qui entraînent une présence plus ou moins forte de nombreux produits chimiques et d’espèces toxiques. Ces dernières années par exemple, on a relevé plusieurs cas de pollution des nappes souterraines liés à l’utilisation de produits chimiques dans le cadre de l’agriculture.

SOLUTION

Si vous vous rendez compte que l’eau du robinet de votre habitation est contaminée, voici des mesures simples :

  • Évitez de boire l’eau du robinet.
  • Cuisinez avec de l’eau en bouteille ou avec de l’eau dont la pureté a été vérifiée (c.-à-d. de l’eau de source contrôlée régulièrement).
  • Ne laissez pas l’eau entrer en contact avec de la nourriture (nettoyez par exemple les fruits et les légumes avec de l’eau en bouteille).
  • Si vous souhaitez néanmoins utiliser de l’eau du robinet, installez un système de filtration conçu pour filtrer l’élément polluant que vous aurez détecté.

L’équipe d’assistance d’Air Analyser vous donnera des informations sur la possibilité d’effectuer des tests poussés en laboratoire et vous redirigera vers des sociétés spécialisées dans l’installation de systèmes de filtration.

 

QUALITÉ DE L’  EAU

CHLORE / DURETÉ / ALCALINITÉ

PH / NITRITE ET NITRATE

Les composés organiques volatils, ou COV sont des composés organiques pouvant facilement se trouver sous forme gazeuse dans l’atmosphère. Ils constituent une famille de produits très large. Leur volatilité leur confère l’aptitude de se propager plus ou moins loin de leur lieu d’émission, entraînant ainsi des impacts directs et indirects sur les animaux et la nature1. Ils peuvent être d’origine anthropique (provenant du raffinage, de l’évaporation de solvants organiques, imbrûlés, etc.) ou naturelle (émissions par les plantes ou certaines fermentations). Selon les cas, ils sont plus ou moins lentement biodégradables par les bactéries et champignons, voire par les plantes, ou dégradables par les rayonnements UV ou par l’ozone.

 DÉCOUVREZ LE NIVEAU DE POLLUTION DE VOTRE MAISON A L’AIDE D’AIR ANALYSER

CONNAISSEZ VOTRE HABITATION, PROTÉGEZ VOTRE SANTÉ

SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES

CPU

MÉMOIRE FLASH

SDRAM

MÉMOIRE DE STOCKAGE

SOURCE DE COURANT

BATTERIE

DIMENSIONS

Wifi

ETHERNET/3G

PLATE-FORME UPTIME

100 MHz – 32bit – FPU

2 MB

8 MB

1 GB

5V DC (220V AC – 5V DC)

3.7 VDC 2200 mAh

18,3 x 18,3 x 8,0 cm

802.11 b/g/n

OUI

99,9 %